Comment repérer le greenwashing en 5 points ?

À l'heure où les enjeux environnementaux sont au cœur des débats, les produits bio et écologiques ont le vent en poupe. Mais attention au greenwashing ! Pour se donner une image plus green et plus responsable, de nombreuses entreprises ont recours à des techniques marketing douteuses.

Certaines marques sont prêtes à tout pour tromper le consommateur sensible à l'environnement.

Ces publicités mensongères ne font souvent que camoufler le peu d'efforts effectués par les entreprises pour atteindre des objectifs de développement durable. Le greenwashing, aussi appelé écoblanchiment ou verdissage, n'est pas toujours facile à identifier.

Comment repérer le greenwashing ?

Voici quelques critères pour déjouer les pièges du marketing vert.

Se renseigner sur la marque pour déceler le greenwashing

Qui se cache derrière la marque ? Par qui est-elle détenue ?

Voici les premières questions à se poser pour repérer le greenwashing. Pour trouver ces informations, il suffit d'effectuer quelques recherches sur le net. Si la marque vend ses produits en ligne, attardez-vous sur les pages qui présentent son histoire, ses valeurs et ses engagements. Si le discours écologique n'est pas accompagné de faits concrets, il y a de fortes chances qu'il s'agisse de greenwashing.

Outre les pages "à propos" et "RSE" (responsabilité sociétale des entreprises), les mentions légales sont souvent informatives. Vous pourriez être surpris de découvrir qu'une nouvelle petite marque à engagement écologique appartient en réalité à un grand groupe. Si l'entreprise ne change pas ses pratiques pour l'ensemble de ses produits, on peut y voir une manière de surfer sur la tendance écologique.

Se méfier d'un packaging trop green

Être green, cela rapporte !

Les marques ne reculent devant rien pour donner une image écologique et induire leurs consommateurs en erreur. Voici quelques astuces pour détecter le faux vert à partir du packaging.

L'abus de mentions restrictives

PEG, silicones, paraben… Certaines substances ont mauvaise presse auprès du grande public. Les marques en tirent profit en les utilisant à outrance, précédées de la mention "sans".

L'objectif : attirer l'œil du consommateur et éviter aux plus pressés de lire le reste de la composition. Et ça fonctionne ! Le consommateur ne retient que l'absence de substances nocives et oublie de se concentrer sur les autres ingrédients. Moins connus, ils sont tous aussi néfastes pour l'environnement.

Un verdissement à outrance

Pour renforcer leur crédibilité, les marques n'hésitent pas à revoir et verdir leur identité visuelle. C'est le cas par exemple de McDonald's dont le célèbre logo est passé du rouge au vert. Au rayon cosmétique et produits ménagers, les packagings mettent les végétaux à l'honneur. Ces marques sont-elles pour autant devenues plus écologiques et respectueuses de l'environnement ? Pas forcément. Méfiez-vous de ces indices faussement rassurants, surtout lorsqu'ils sont présents à l'excès. Certaines marques vont même jusqu'à changer la formule de leurs produits, uniquement pour en modifier la couleur!

La taille des emballages : un indice de blanchiment

 Un flacon de grande taille dans le rayon du supermarché, ça attire forcément l'œil. Pour se démarquer des concurrents, certaines marques n'hésitent pas à sur-dimensionner leur emballage, sans pour autant le remplir. Qui n'a jamais éprouvé une vive déception en découvrant une boite de tablettes vaisselle à moitié remplie ?

Vérifier la composition du produit

Faut-il commencer à décrypter la composition de chaque produit ? Écrits en latin ou présentés sous une nomenclature scientifique, beaucoup d'ingrédients sont difficilement identifiables pour le consommateur lambda.

Comment déterminer si un composant particulier est dangereux ou au contraire respectueux de l'environnement ? Vous pouvez bien sûr vous renseigner par vous-même, en effectuant quelques recherches sur la toxicité d'une substance. Est-elle biodégradable ?

Des listes comme celle de l'INCI pour les cosmétiques (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) sont disponibles pour vous aider dans cette démarche. Pour certains matières, vous trouverez des informations contradictoires. À moins de détenir un diplôme de chimie, il sera difficile de détecter le vrai du faux.

Heureusement, il existe des labels environnementaux fiables pour repérer les produits éco-responsables, éthiques et durables. Le label est une certification délivrée par un organisme public ou privé. Tous ne se valent pas, car chaque organisme est libre de créer sa propre charte. Certaines sont plus exigeantes que d'autres, notamment par rapport à l'impact environnemental des produits. Fiez-vous au labels connus du grand public et délivrés par des organismes fiables comme Ecocert, label AB, Ecogarantie…

Repérer le greenwashing en lisant les instructions d'utilisation

Halte aux doses diluées !

Les produits écologiques doivent être compacts. Tous les produits qui nécessitent une dose plus importante pour être efficaces sont aussi plus polluants. Pour les repérer, fiez-vous aux doses recommandées ? Sont-elles supérieures ou inférieures à la moyenne ?

S'il s'agit de lessives liquides, vérifiez également les températures de lavage préconisées. Pour un impact sur l'environnement limité, le produit doit être efficace au minimum dès 30° C et sans surdosage. Un flacon au packaging vert mais qui agit seulement à partir de 40° C n'a plus rien d'écologique.

Le prix : un indicateur pour éviter le greenwashing

Consommer bio, ça a un certain prix.

L'entreprise doit payer davantage pour obtenir des labels et mettre en place des conditions de travail respectueuses de l'environnement. Une marque qui respecte l'environnement n'aura donc d'autre choix que de vendre ses produits plus chers.

Un produit bio vendu à un prix similaire voire inférieur à un produit traditionnel conventionnel doit vous mettre la puce à l'oreille. À contrario, les marques qui pratiquent l'écoblanchiment peuvent en profiter pour gonfler leur prix. Soyez donc vigilants et tenez compte de plusieurs critères pour repérer le greenwashing.

Quitte à payer plus cher, autant que ce soit pour un produit en accord avec vos valeurs et respectant de vrais engagements environnementaux !

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour repérer le greenwashing et constituer votre liste de marques éco-responsables, qui luttent réellement pour la protection de l'environnement. Les images et discours verts font appel aux émotions et constituent un point d'accroche privilégié pour les marques.

Mais les consommateurs ne sont pas dupes ! Face à l'accroissement des campagnes publicitaires green, le scepticisme s'installe. L'heure de gloire du marketing vert touche peut-être à sa fin. Les grandes multinationales vont devoir rapidement réajuster leur politique environnementale pour lutter contre le réchauffement climatique et convaincre les consommateurs.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés