Lequel des emballages est le moins polluant : verre ou plastique ?

Cette question vous taraude ? C’est normal, la situation environnementale actuelle et la pollution de déchets plastiques de nos océans nous poussent à plus de réflexions sur nos habitudes de consommation. Si nous souhaitons tous adopter une consommation plus écoresponsable nous ne savons pas toujours si nous faisons les bons choix. Découvrez avec nous les impacts à prendre en compte et lequel du verre ou du plastique est le moins polluant.

Comparaison des analyses de cycle de vie

Ressources

Le verre et le plastique sont tous deux issues de ressources épuisables. Nous avons tendance à les comparer en oubliant cette information capitale. Si l’extraction du pétrole est problématique à plusieurs niveaux, l’utilisation de sable (l’or jaune) est tout aussi problématique. Le secteur du BTP avec ces chantiers de constructions titanesques, l’industrie de l’emballage etc… consomment des quantités de sable de plus en plus importante qui impactent l’environnement.

Nous pourrions conclure à une égalité sur ce point, mais cela serait très simpliste, car bien que tous les deux soient issus de ressources épuisables, leurs impacts sur l’environnement sont différents et plus ou moins importants sur les écosystèmes.

Impact carbone

Bien que l’extraction du sable soit bien moins impactant en terme d’empreinte carbone comparé à l’extraction du pétrole, sa mise en œuvre pour la fabrication du verre l’est beaucoup plus. La fabrication du verre nécessite l’utilisation de fours avec une température de plus de 1300°C qui fonctionnent avec des énergies fossiles (principalement le gaz).

De plus, dans l’industrie de l’emballage, il n’est pas rare que les bouteilles en plastiques soient soufflées sur le site de remplissage. Or les bouteilles en verres sont soufflées sur le site de transformation du verre. Il faut donc transporter ces bouteilles de verres à vide sur le site de remplissage. Leurs poids limite le nombre de bouteilles de verre pouvant être chargées par camion.

Sur ce point de comparaison, nous pouvons conclure que le plastique est moins impactant que le verre.

Fin de vie des emballages (Recyclage)

Le verre représente en 2020 50% en poids des déchets ménagers des Français, et 85% de ces déchets sont recyclés. Le principal intérêt du verre, s’il remplit certaines conditions et de pouvoir être recyclé à l’infini.

Le problème avec le plastique est l’utilisation de plastique à usage unique souvent inutile et le manque de tri. La pollution plastique des océans, les décharges sauvages de déchets plastiques dans l’environnement, renforcent l’idée que les emballages en plastiques sont les emballages les plus polluants.

En réalité, en France les bouteilles en plastiques sont recyclées à plus de 54% en 2020. Les bouteilles en plastiques sont toutes 100% recyclables quand elles ne sont pas bi ou tri matériaux.

Pour ce point de comparaison, si nous nous basons uniquement sur le taux de recyclage des emballages comparés, le verre semble l’emporté. Mais cela est trop simpliste car les effets dominos de l’utilisation du verre sont très important.

Verre ou plastique lequel choisir ?

Pour une utilisation unique

L’utilisation d’une bouteille en plastique 100% recyclable, bien triée et recyclée sera moins polluante que l’utilisation d’une bouteille de verre à usage unique (comme pour les bouteilles en verre de parfum, de boissons, d’eau etc ..). Ici encore, nous faisons face à beaucoup d’idées reçues sur les emballages plastiques. Oui tous les emballages sont polluants quand ils sont mal triés (ou non recyclables) et disposés dans la nature, mais leur utilisation est primordiale dans certains cas pour conserver la qualité intrinsèque des produits qu’ils contiennent.

Pour une utilisation multiple

Dans le cas de la consommation en vrac par exemple, l’utilisation d’un emballage en verre peut à partir d’un certain nombre de réutilisation (avant la casse) s’avérer être moins impactant que le plastique. Mais cela est vrai que pour certains types de produits !

La dernière étude de l’ADEME au sujet des bénéfices de la vente en vrac, démontre que la vente en vrac de lessive ne présente pas d’avantage significatif par rapport aux produits préemballés dans un emballage à usage unique.

Rien n’est blanc, rien n’est noir, tout est gris ! Pour chaque situation il faut pouvoir faire le choix d’un emballage moins impactant sur l’environnement. Le « tout sauf du plastique » n’est pas une option viable et sérieuse quand on sait que boycotter un type d’emballage peut juste déplacer le problème ailleurs.

Les solutions ne se trouvent jamais dans les extrêmes …


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés