Mutyne, 2 ans dans le rétroviseur

De nature très discrète sur leur vie et leur expérience entrepreneuriale, Ghizlane et Romain reviennent sur ces deux dernières années d’existence de Mutyne. Si vous avez toujours voulu savoir ce qu’ils vivent de l’intérieur, ce qui motive leurs choix stratégiques et les plans pour le futur de Mutyne, vous êtes au bon endroit !

Mutyne, 2 ans déjà !

Si on nous avait dit que nous lancerions Mutyne pendant le 1er confinement (Covid) et développerions la marque en pleine inflation avec une guerre aux portes de l’Europe… nous aurions réfléchi à deux fois avant de tout quitter pour nous lancer dans cette aventure. Nous sommes bien d’accord sur le fait que la cause est noble et qu’elle vaut le grand saut dans le vide… mais nous sommes avant toute chose une famille avec 2 merveilleux enfants à nourrir.

Rassurez-vous ! Aucun regret ne hante l’un de nous deux. Certes nous vous mentirions si nous vous laissions sous-entendre que nous sommes aux objectifs que nous nous étions lancés initialement, mais le principal est que nous ne reculons pas ! Tous les jours, nous avançons avec plus ou moins de difficultés vers notre ambition qui reste pragmatique : Devenir la marque écologique de référence pour un nettoyage efficace et durable !

Nous avons l’expertise, le sérieux, la tête plutôt bien faite (enfin on pense… en toute humilité), une éthique qui nous est propre et surtout des produits efficaces pour y arriver !

Si nous devions lister l’élément dont nous aurions le plus besoin pour atteindre cette ambition, nous serions tous deux catégoriques : il nous faut du temps !

Du temps pour convaincre les acteurs de la distribution de l’intérêt de nous référencer, du temps pour développer une notoriété durable de manière éthique, du temps pour s’installer dans le décor des marques sérieuses et efficaces…

Du temps plus que de l’argent… parce que l’argent n’achète pas tout.

Où en sommes-nous après 2 ans ?

Après deux ans de travail acharné, nous sommes plutôt fiers de pouvoir être commercialisés dans plus de 500 points de vente et d’être référencés auprès des plus gros grossistes bio français qui fournissent les magasins spécialisés et vrac.

Il nous reste encore de belles enseignes de la bio à convaincre, et nous ne désespérons pas d’y arriver avec du temps.

Le secteur de la détergence (comme celui de la cosmétique) a vu naitre plusieurs marques « écologiques » ces deux dernières années. Ces entreprises sont plus ou moins sérieuses, structurées et solides. Elles frappent à la porte des enseignes qui ne savent plus distinguer les valeurs ajoutées de toutes ces entreprises tant le discours et les revendications marketing sont les mêmes. Certaines enseignes, plus méfiantes, préfèrent prendre le temps d’observer leurs évolutions avant de tenter le référencement d’une marque qui pourrait disparaitre aussi vite qu’elle est arrivée.

De notre côté, nous continuons à développer de nouveaux produits et à avancer sereinement pour montrer tout le sérieux de notre marque.

La concurrence est rude ?

Nous sommes tous les deux des compétiteurs dans l’âme. Il suffit de nous observer lors d’une partie de raquette sur la plage ! Les enfants comptent les points et les passants revivent le stress d’une finale de Roland Garros… alors la concurrence, on adore ça !

Quand elle est saine et loyale, la concurrence est bonne et motivante ! Elle tire tout le secteur vers le haut au bénéfice des consommateurs. Nous avons du respect et beaucoup d’humilité face à nos concurrents. Nous ne sommes pas les derniers à les féliciter de vive voix quand ils font avancer notre secteur pour le bien commun des consommateurs et de l’environnement.

Et comme dans tout secteur, dans le nôtre, il y a du bon et du moins bon ! En ce qui concerne le moins bon, on ne perd pas notre temps ! On ne les étudie pas… on passe notre chemin, car il n’y a rien de positif à en tirer sauf de la frustration et des envies de les dénoncer aux autorités pour concurrence déloyale ou tromperie. On se refuse d’en arriver là, alors on les ignore sans aucun effort.

Stratégie marketing digitale

Avant-propos : Avant Mutyne, nous n’avions JAMAIS entendu parler d’Instagram, TikTok ou encore de Pinterest ! Rassurez-vous, nous ne vivons pas dans une grotte, nous sommes tout simplement profondément ancrés dans le réel. Aujourd’hui encore, nous n’utilisons pas ces réseaux à titre personnel. Au mieux, vous pouvez nous retrouver sur LinkedIn…

Lancer une marque et gagner en notoriété signifie forcément d’utiliser les moyens de communication de nos consommateurs ! Les réseaux sociaux en faisant partie, nous avons bien évidement étudié ces derniers afin de déployer nos messages marketing sur ces plateformes.

Cela passe par la publication payante de messages marketing (Ads), la collaboration avec des influenceuses (ou créatrices de contenu) ou d’autres marques.

Pour les Ads, après étude et multiples essais accompagnés d’une société spécialisée, nous avons décidé de limiter au strict minimum l’utilisation de ce type de communication. Trop long pour passer en revue ici toutes les raisons, mais ce mode de communication ne correspond pas aujourd’hui à notre façon de gérer des budgets en bon père de famille. La gestion des comptes de Mutyne se veut saine et morale et nous sommes persuadés qu’une partie d’entre vous comprendra. Et pour ceux qui ne comprendront pas, sachez que nous ne changerons pas, nous sommes dans notre âme convaincue que l’argent des autres (notamment les banques et les organismes qui nous font confiances) doit être utilisé avec autant de respect et de réflexion que nos fonds personnels.

On ne sera pas la prochaine licorne… ça tombe bien, ce n’était pas au programme !

À date, nous continuons de privilégier la collaboration avec une poignée de créatrices de contenus que nous sélectionnons avec soin pour diffuser un message pédagogique à notre cible.

Le capital

Rien de nouveau sous le soleil chez Mutyne ! Bien que nous ayons reçu de multiples sollicitations que nous avons déclinées, nous sommes toujours deux au capital et une ouverture de ce dernier n’est pas prévu à court/moyen terme.

Nous avons lancé la société sur nos fonds propres et avons sollicité des banques et des organismes (Réseau entreprendre, HODEFI, la région Haut de France et BPI) pour nous accompagner. Ce sont donc principalement des emprunts personnels qui nous ont permis de lancer Mutyne et de la faire vivre.

Nous souhaitons privilégier une croissance organique permettant de créer des emplois pérennes et un socle solide, à la croissance rapide qui demande de multiplier les lever de fonds et la création d’emplois précaires basés sur des hypothétiques budgets irréalistes.

Ce sont probablement nos expériences respectives dans l’industrie et sans doute notre éducation qui influencent nos choix.

Pour la suite

On ne change pas une équipe qui gagne ! Les prochains mois, nous continuerons à déployer notre stratégie pour conquérir le cœur des Français en quête de produits durables et efficaces.

Côté développement produit, des nouveautés toujours plus éco-responsables arrivent les prochaines semaines.

Côté équipe, nous prévoyons de renforcer la team avec deux nouveaux profils.

Côté personnel, nous avons la chance de vivre cette aventure en famille et de partager cette expérience enrichissante avec nos enfants.

2 ans après, nous sommes toujours là… Quelques rides en plus, un peu plus de cheveux blancs (bien cachés), mais plus motivés que jamais !

Rendez-vous dans 3 ans, pour le bilan des 5 ans ;)

Articles Récents

Microplastiques et pollution

Les microplastiques sont une source de pollution invisible qui n’épargne aucun écosystème. Découvrez avec nous leurs sources et les astuces...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré